arrowNouveautés arrow Travaux divers arrow Sociologie arrow Addiction à Internet

Alain Vanet
Nouveautés
Romans
Nouvelles
Poésie
Essais
Symbolisme
Mon métier
Travaux divers
Photos
J ai lu, vu, entendu
Citations
Bibliographie
Me contacter
- - - - - - -
Le Domaine perdu
petites heures
Envoi
La Lettre

 
Addiction à Internet Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Pris dans la Toile

Une fois n'étant pas coutume, l'American Journal of Psychiatry évoque une pathologie que nous partageons tous plus ou moins, comme lecteurs assidus de ce site : l'addiction à l'Internet ! Mais ne badinant pas avec le sujet, l'auteur de l'article propose d'inclure ce trouble très commun dans le prochain DSM-V. Il faut dire qu'il se réfère à des données inquiétantes, en provenance d'Asie.

En Corée du Sud par exemple (où les autorités ont recruté 1 043 spécialistes, en 2007, pour endiguer ce nouveau fléau) « environ 210 000 jeunes de 6 à 19 ans » sont concernés par cette attirance extrême pour la Toile, au point de « nécessiter un traitement ». Avec ce paroxysme tragique : dix décès (par décompensation aiguë d'une autre pathologie ? ) ont été recensés dans des cybercafés et même un meurtre, lié au jeu en réseau ! Mort de la réalité avec réalité de la mort... Les États-Unis seraient tout aussi touchés mais, vu l'essor de l'équipement informatique à domicile, la fréquentation des cybercafés y est moindre qu'en Asie, d'où une lacune des données collectives.

Comment définir cette addiction « new age » ? Quelques critères sont proposés pour caractériser ce « mésusage » de l'ordinateur : l'intéressé peut jouer pendant des durées « excessives » ; s'en servir essentiellement pour des « préoccupations sexuelles » ; éprouver des symptômes liés au sevrage (tension nerveuse, anxiété, colère, dépression) « quand l'ordinateur n'est pas accessible » ; développer des phénomènes de tolérance et d'accoutumance et, comme avec toute drogue, chercher l'augmentation des « doses » : en l'occurrence, vouloir des matériels informatiques (et des logiciels) toujours plus performants (et chers), utilisés sans discernement, pour des durées de plus en plus longues. Le sujet « accro » ou « geek », finit par perdre la notion du temps passé à assouvir sa passion, avec des répercussions fâcheuses sur sa vie privée et professionnelle : fatigue, troubles du sommeil, échec scolaire ou au travail... Et isolement social : un comble, pour ce nec plus ultra des moyens de communication !

19/03/08
(JIM)
Dr Alain Cohen


Block JJ : Issues for DSM-V: Internet addiction. Am J Psychiatry ; 165 : 306-307, Mars 2008. Prévention de l'addiction à l'Internet chez le jeune : consulter par exemple : http://www.internetsanscrainte.fr/article.php?id=15&rubrique=pedago

 
< Précédent   Suivant >
 
Pour consentir à vivre, il faut rêver sa vie
réalisation Tanisweb