arrowNouveautés arrow La Lettre arrow A feuilleter arrow Boudin

Alain Vanet
Nouveautés
Romans
Nouvelles
Poésie
Essais
Symbolisme
Mon métier
Travaux divers
Photos
J ai lu, vu, entendu
Citations
Bibliographie
Me contacter
- - - - - - -
Le Domaine perdu
petites heures
Envoi
La Lettre

 
Boudin Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Boudin, impressionniste avant l'heure

Première exposition à Paris depuis un siècle pour célébrer Eugène Boudin (1824-1898) : 60 peintures, pastels et aquarelles, dont des prêts internationaux, dévoilent cet impressionniste avant l'heure. Scènes de plages le duc de Morny, devient la station balnéaire à la mode et i et marines normandes, mais aussi la Bretagne, le Midi et Venise.
Né à Honfleur, puis papetier au Havre, Boudin découvre l'art au fil de ses rencontres avec les peintres Millet et Troyon. Grâce à une bourse, il se forme en autodidacte en copiant les chefs-d’œuvre du Louvre. Inspiré par Corot ét les peintres de Barbizon, il veut peindre la nature sur le vif. De retour en Normandie, à la ferme Saint-Siméon, il fait venir, dans les années 1850, Courbet et Monet, son cadet de 16 ans, qui le considérera comme son 'naître. Ses « Scènes de plage » séduisent ses contemporains Manet, Degas, Baudelaire, Zola et, plus tard, des amateurs américains.

Les nombreuses esquisses à la recherche du fugitif et du mouvement sont une approche totalement nouvelle. Les pastels explorent les variations infinies des effets atmosphériques du ciel et de la mer. Les aquarelles croquent les personnes sur la plage. Il reconstitue l'ensemble dans son atelier. Sa rencontre avec le peintre néerlandais de marine Jongkind, qui deviendra son grand ami, l'influence (« Navires dans le port d'Honfleur »). Les débuts étant difficiles, il travaille pour le marchand belge Gauchez et recherche de nouveaux sujets. S'installe alors un nouveau rythme : l'hiver en voyage, avec des sujets plus quotidiens, Anvers, Dunkerque, Berck, la Bretagne, Bordeaux (« le Port de Bordeaux, vue du quai des Charbons ») ; l'été en Normandie. Deauville, lancée par le demi-frère de Napoléon III.

Boudin est présent à la première exposition impressionniste, en 1874 et Durand-Ruel devient son marchand. Il est maintenant reconnu et poursuit inlas­sablement son « idéal de faire des grands ciels ». Ses séjours dans le Midi (« Antibes. Les Fortifications. Effet de jour ») et à Venise, à la fin de sa vie, lui donnent l'occasion de découvrir de nouveaux tons et lumières et de terminer ses œuvres en plein air. « Le roi des ciels », selon les termes de Corot, est toujours à l'œuvre.

Musée Jacquemart-André (158, boulevard Haussmann, 8', tél. 01 45 62 11 59, www.expo-eugeneboudin.com), tous les jours de 10 à 18 heures, jusqu'à 21 heures lundi et samedi. Jusqu'au 22 juillet.

 
< Précédent   Suivant >
 
Pour consentir à vivre, il faut rêver sa vie
réalisation Tanisweb