arrowNouveautés arrow La Lettre arrow A feuilleter arrow Chirurgien en 2013

Alain Vanet
Nouveautés
Romans
Nouvelles
Poésie
Essais
Symbolisme
Mon métier
Travaux divers
Photos
J ai lu, vu, entendu
Citations
Bibliographie
Me contacter
- - - - - - -
Le Domaine perdu
petites heures
Envoi
La Lettre

 
Chirurgien en 2013 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

... 3ème année. Je me rappelle assez clairement de la première fois où je mis les pieds dans un bloc. Il s'agissait d'une sorte de job étudiant lié à la banque de tissus et d'os du coin. En gros, ils prenaient 2-3 étudiants de médecine, associés avec un chirurgien et un assistant pour "collecter" les fémurs chez des donneurs à cœur arrêté. On peut donc dire que la première fois que j'ai enfilé des gants, c'était avec des orthopédistes, ce qui a probablement laissé quelques traces
Premiers points de suture, aux urgences, premier contact avec la médecine interne "pour de vrai" (nos premiers cours de cardio m'avaient plutôt emballés, presque au point de douter, la réalité me fit rapidement oublier cette hérésie) et premières journées passées à l'étage... Non, définitivement, ce ne sera pas la médecine interne !
Ensuite, stage en anesthésie : l'administration de la fac refusait que je retourne en chirurgie puis, ok, j'avais un petit doute sur mon futur, très vite recadré après ce stage. Autres prélèvements osseux aussi, cours d'ortho en vrac (c'est là où je me suis dit que tiens, finalement, l'ortho...)
Stage en chirurgie (mi ortho, mi digestive/vasculaire/générale) dans un centre en périphérie. Manque de personnel oblige, un vrai stage de chirurgie avec des horaires que c'était pas des heures de gonzesses (misogynie à part, bien entendu). Premières anastomoses intestinales et coliques, premières varices, premier plein-de-truc en fait, puis une évaluation qui me foutu les larmes aux yeux (enfin, façon de parler, on sait très bien que les vrais mecs, ça pleure pas…

Simon's blog

cliquer ici pour charger le texte

 
< Précédent   Suivant >
 
Pour consentir à vivre, il faut rêver sa vie
réalisation Tanisweb