Mai 2013

Cliquer sur les liens en caractères gras et de couleur.

En ce joli mois de mai (malgré le temps maussade…) permettez que je vous emmène faire une petite ballade dans la région où j’ai passé mon enfance : la Saintonge. La Saintonge (en saintongeais Saintonghe, le g est expiré) est une ancienne province française dont les limites ont plusieurs fois varié avec le temps. Partie intégrante de la province romaine d'Aquitaine durant l'antiquité. La Saintonge est aujourd'hui à cheval sur cinq départements, la Charente-Maritime, la Charente, l'extrême-sud des Deux-Sèvres et la Vendée. Le saintongeais est une langue romane qui fait partie de la famille des langues d’oïl, qui comprend également le français. Comme exemple j’ai distingué la ville de Cognac et sa spécialité

J’ai choisi également de vous donner quelques nouvelles d’un métier proche du mien : la chirurgie et les problèmes qu’elle encontre de nos jours.

Mais ceux qui me connaissent savent que l’art n’est jamais éloigné de mes préoccupations… et notamment la danse, surtout en ce moment… allez savoir pourquoi ! Peut-être parce que l’Opéra Garnier en ce moment ? Pas si sûr… A ce propos : un poème de mon père, déjà publié ici, mais que l’on peut relir…
C’est la même chose avec le cinéma, grâce auquel actuellement Mark Twain n’est plus si loin de nos préoccupations puisque le film « Mud ». Le dernier long métrage de Jeff Nichols en compétition au Festival de Cannes 2012.nous fait vivre une histoire rappelant étrangement Les Aventures de Tom Sawyer… Ce film met en scène sur une petite île du Mississippi, un "naufragé tatoué et romantique" et deux ados en quête d'aventure mais aussi d'amour et d'amitié.
Côté peinture : de nombreuses manifestations ! J’en retiendrai une à l’Orangerie de Paris : les Macchiaioli, une découverte pour moi… Les Macchiaioli constituent à Florence dans les années 1855 un groupe d'artistes révoltés, toscans mais également venus de toute la péninsule, de Venise à Naples. Qui sont ces Macchiaioli au surnom intraduisible en français ? Littéralement des "tachistes", désignation péjorative apparue dans la presse en 1862 puis adoptée par eux-mêmes. Cette peinture exerça une importance capitale sur des cinéastes italiens, comme Luchino Visconti et Mauro Bolognini.
Tout ceci ne nous amène-t-il pas à réfléchir sur deux concepts : Amour et Connaissance ? Pourquoi pas ! C’est ce que fait l’un de mes amis, Jean Claude L. dont vous pourrez lire la réflexion ce mois-ci.

Tout ceci ne doit pas nous faire oublier d’autres manifestations. Le film concernant Hannah Arendt (« Avec sa mort elle nous a laissé le monde un peu plus glacé qu'il n'était. »). Et le film réalisé d'après l'oeuvre de Boris Vian : "L'écume des jours"... pas totalement réussi. C'est l'avis (que je partage) de certains critiques...

Au musée du jeu de Paume à Paris également deux artistes : le travail d’Adrian Paci (né en 1969 en Albanie) qui met en exergue l’un des paradoxes de l’intelligence humaine, qui consiste à rendre compte de la réalité à travers l’irréalité (ne pas manque la vidéo en fin de visite). Et l’œuvre de Laure Albin Guillot : un ”nom sonore qui devait devenir fameux” au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Le paysage photographique français de ce milieu de siècle est en effet singulièrement marqué par la signature et par l’aura de cette artiste qui, de son vivant, fut certainement la plus exposée et reconnue.

En fin au Théâtre Rive Gauche, Paris : « L’affrontement ». Cette pièce est rejouée pour la première fois dans sa dernière version, adaptée par Dominique Piat et Jean Piat. Elle est d'une brûlante actualité : pourquoi l'Eglise catholique refuse-t-elle encore aux femmes le droit de sacerdoce ? Francis Huster et Davy Sardou s'affrontent dans un combat sans merci, au dénouement tragique et imprévisible dont sortira vainqueur la Foi : un vrai moment de grâce et d'émotion !
Je vous souhaite d’aborder l’été (si, si il arrivera bien un jour…) avec le maximum de détente mentale et d’émotions agréables.
Alain Vanet