arrowNouveautés arrow Poésie arrow Poésies de divers auteurs arrow Inzad

Alain Vanet
Nouveautés
Romans
Nouvelles
Poésie
Essais
Symbolisme
Mon métier
Travaux divers
Photos
J ai lu, vu, entendu
Citations
Bibliographie
Me contacter
- - - - - - -
Le Domaine perdu
petites heures
Envoi
La Lettre

 
Inzad Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Tu fus jadis fanion de mon identité
Tu fus joie, honneur et dignité de la Targuité
Vers toi des milliers d'hommes au « chèche» bleu, blanc et noir accourent sans cesse ...
Par ton écho porteur de tendresse, de noblesse et de sagesse beaucoup se sont donné la mort.
Je me souviens de ces longues veillées autour de toi des femmes aux beautés rares te berçaient sur leurs genoux et des hommes nostalgiques accompagnaient tes notes dédoublées.
Le silence autour de toi n'est-ce pas la volonté de dérober tes symphonies énigmatiques? Qu'es tu devenu? Pourquoi ce silence?
Est-ce un vol? Un suicide? Un assassinat? Ou alors une révolte?
Dis-moi: toutes ces femmes, tous ces hommes que sont-ils devenus? Sont-ils enterrés avec toi?
Compagnon des aventures romantiques
Toi qui raccourcis le long chemin, des nuits chimériques vers l'être aimé. J'ai besoin de toi pour accomplir mon devoir
Fidèle réconciliant


Abdoulaye Sidi Mohamed

 
< Précédent   Suivant >
 
Pour consentir à vivre, il faut rêver sa vie
réalisation Tanisweb