arrowNouveautés arrow J ai lu, vu, entendu arrow Jean-Frédéric Neuburger

Alain Vanet
Nouveautés
Romans
Nouvelles
Poésie
Essais
Symbolisme
Mon métier
Travaux divers
Photos
J ai lu, vu, entendu
Citations
Bibliographie
Me contacter
- - - - - - -
Le Domaine perdu
petites heures
Envoi
La Lettre

 
Jean-Frédéric Neuburger Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Né en décembre 1986, Jean-Frédéric Neuburger manifeste dès son plus jeune âge des dispositions et une curiosité musicales exceptionnelles : piano, orgue, composition, tout le passionne. Il est initié très tôt au piano avec Claude Maillols et aussi à l’écriture avec Emile Naoumoff et Jean-François Zygel. Il choisit de se consacrer au piano et, en 2000, entre au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris où il obtient les plus hautes récompenses en piano, accompagnement et musique de chambre, dans les classes de Jean-François Heisser, Jean Koerner, Itamar Golan, Christian Ivaldi, Marie-Françoise Bucquet.

Remarqué dès 2001 à l’Académie Maurice Ravel qui lui décerne son prix, il a depuis obtenu de nombreuses récompenses : Premier Prix au Concours international de jeunes pianistes à Ettlingen, Deuxième Prix et Prix Beethoven au Concours International José Iturbi de Valence en septembre 2004 ; il glane ensuite le Troisième Grand Prix, mais aussi le Prix du Public, le Prix de la Sacem et le Prix de l’Orchestre Philharmonique de Radio France au Concours Long-Thibaud de décembre 2004, qui viendra consacrer sa jeune réputation. En 2005, il remporte encore le Deuxième Grand Prix du London International Piano Competition et devient lauréat de la Yamaha Music Fondation of Europe et de la Fondation Accenture. En janvier 2006, il ajoute à cette liste de succès un Premier Prix aux « Young Concert Artists International Auditions » de New York, qui lui a permis de faire ses débuts aux Etats-Unis, avec en particulier un récital au Carnegie Hall de New York, débuts acclamés par le public et salués avec enthousiasme par le Washington Post et le New York Times.

Plus encore qu’à ce brillant palmarès, c’est à sa personnalité et à son extraordinaire maturité musicale que Jean-Frédéric Neuburger doit d’être un pianiste très recherché et d’avoir déjà été l’invité de manifestations prestigieuses : les Festivals d’Auvers-sur-Oise, de Radio-France et Montpellier, de La Roque d’Anthéron, de Menton, de l’Orangerie de Sceaux, Septembre Musical de l’Orne, Festival Chopin à Bagatelle, les Folles journées de Nantes, Lisbonne et Tokyo, etc. Il a donné des récitals à l’Auditorium du Louvre, au Théâtre des Bouffes du Nord, au Festival Chopin de Duznicki, ou encore à la Chopin-Gesellschaft de Darmstadt. En novembre 2007, Suntory Hall accueillera son premier grand récital à Tokyo.

Il s’est produit en soliste avec les orchestres de Baden-Baden, Radio-Copenhague, le London Philharmonic Orchestra, l’Orchestre National de Montpellier, l’Orchestre Philharmonique de Radio France dans les Variations sur un thème de Paganini de Rachmaninov et dans Mozart pour la Fête de la Musique. En 2006, il a fait ses débuts à Shanghai, en récital et avec l’Orchestre Philharmonique de Shanghai. En novembre dernier, pour ses débuts dans un concerto à Tokyo, il a eu pour partenaire l’Orchestre Philharmonique de New York placé sous la direction de Lorin Maazel (Concerto n° 3 de Beethoven). En France, il sera prochainement l’invité de l’Orchestre d’Auvergne et, dans la saison de réouverture de la Salle Pleyel, de l’Orchestre National d’Île de France. À l’automne 2007, il est invité à Lyon par l’Orchestre National de Lyon qu’il accompagnera ensuite dans sa tournée au Japon pour le Concerto en sol de Ravel.

Toujours soucieux de se perfectionner, Jean-Frédéric Neuburger poursuit sa formation auprès Reiko Hozu et de Vladimir Krainev et privilégie par-dessus la découverte d’œuvres nouvelles, tant pour le piano solo qu’en musique de chambre, de Bach aux compositeurs contemporains.

C’est à l’âge de seize ans, en 2003, qu’il enregistre pour la collection « Disc’Auvers » une intégrale des études de Chopin, déjà comparée aux plus célèbres versions, et qui l’a placé d’emblée parmi les valeurs sûres du piano actuel. Son deuxième album également consacré à Chopin et à un récital « live » est paru au printemps et il vient d’achever pour « Mirare » l’enregistrement de "L’Art de délier les doigts" de Czerny pour une sortie en février 2007.

image : sublevels.free.fr

 
< Précédent   Suivant >
 
Pour consentir à vivre, il faut rêver sa vie
réalisation Tanisweb