arrowNouveautés arrow Essais arrow La Bonté

Alain Vanet
Nouveautés
Romans
Nouvelles
Poésie
Essais
Symbolisme
Mon métier
Travaux divers
Photos
J ai lu, vu, entendu
Citations
Bibliographie
Me contacter
- - - - - - -
Le Domaine perdu
petites heures
Envoi
La Lettre

 
La Bonté Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Comme c’est étonnant de relire des textes anciens ! Même si le style date, même si les exemples ne sont plus actuels, même si les situations sont parfois dépassées… le fond, lui reste le même.

La Bonté
Un lecteur m'écrit et me demande de faire ma prochaine chronique sur la Bonté. En argot d'étudiant, cela s'appelle « poser une colle ». En effet, aucune plume ne saura traduire ce qui fait de la Bonté la plus haute et la plus noble des qualités. Et pour bien la comprendre, il faut déjà connaître le sens exact des mots : compréhension, délicatesse, tact, discrétion, abnégation.
Il est un fait évident: être Bon, c'est soulager, aider celui qui souffre, celui qui peine, dans la proportion de ses moyens, et non pas agir pour se dire ensuite : je suis bon, je suis fier de moi ! Cela, c'est une des mille formes cachées de l'égoïsme.
Touché ! S’exclameront quelques consciences, que l'inconscience du « Moi» a trop souvent étranglées. Soyons sincères.
maxims21Recherchons d'abord l'occasion de la manifester, notre Bonté. Soyons psychologue et sachons deviner derrière les visages souriants la blessure qui fait saigner le cœur, l'angoisse qui serre la gorge. Tant de malheur s'abrite parfois derrière la dignité! Ensuite, il convient de ne pas montrer ce que l'on a découvert. La compréhension remplace avantageusement des lamentations qui ne peuvent qu'aviver la peine, ou lui ajouter une nouvelle blessure d'amour-propre.
Et puis, il faut agir! Mais agir avec tant de délicatesse, tant de tact ! Qui n'a senti dans sa vie le baume d'une main amie, d'un regard sans paroles. Rien n'est plus doux pour un cœur ulcéré qu'un visage charitable et bon qui partage une peine. La Bonté supérieure n'est-elle pas celle qui feint d'ignorer le mal à guérir, et qui, par hasard, fait le geste qu'il fallait faire, prononce le mot qu'il fallait dire ? Le tact résume tout ce qui est Bon et Intelligent. Les esprits les plus brillants sont admirés de la foule ; ils ne sont pas aimés ! Mais ceux qui allient à l'Intelligence le beau cadre de la Bonté rayonnent dans la Vie et attirent les plus vives sympathies. Auprès d'eux, les moins équilibrés se sentent en sécurité; les faibles se sentent protégés; les
« refoulés» sont prêts à laisser leur cœur s'épancher. Le délicieux abandon de la confidence, versé dans ces cœurs secrets et réceptifs, soulage les âmes blessées.
Il me souvient d'un vieux prêtre, le seul qui ait reçu les confidences de mon enfance. Peut-être n'était-il pas brillant théologien : il était bon, tout simplement. Il ne jugeait pas les hommes, il n'accomplissait pas les rites d'une religion : il se penchait sur la sincérité d'une âme neuve ; il la débarrassait des excès de scrupule, des influences néfastes. Pour la première fois, j'ai ressenti la bonté. Les boucles blanches de ce vieux prêtre et l'expression de sa voix resteront à jamais gravées dans mon cœur.
Bonté … Je les connais ces esprits forts qui étaient, dédaigneux …
Faiblesse? Non. Le plus fort des hommes est d'une incommensurable faiblesse. Un rayon de soleil suffit à le coucher dans la tombe ; une piqûre d'insecte suffit à le faire délirer de fièvre. Si le muscle est fort, le cœur est faible. Si leurs yeux savent rester secs devant la douleur d'autrui, sont-ils bien certains que le Destin ne leur réserve pas de douloureuses surprises ?
Faiblesse ? ... Non. Solidarité des uns et des autres, peut-être  ...
Noblesse d'une âme élevée qui se penche sur l'humaine souffrance, certainement. Ce simple mot: Bonté, traduit dans nos cœurs ce que nos lèvres ne savent exprimer. Bonté de ces humbles Petites Sœurs des Pauvres, qui usent leurs doigts aux vêtements ,qui iront à des inconnus ; Bonté du docteur qui « oublie» dans ses honoraires quelques visites ; Bonté de celui qui vous sait sans situation et qui vous offre de collaborer avec lui « pour lui rendre service» ; Bonté de la femme, pleine d'abnégation pour un époux égoïste; Bonté de l'homme qui aurait choisi « cette robe-là» ; Bonté de celui qui s'accuse de la faute d'un faible; Bonté du chef qui parle
« sec », mais qui sait, lui, que vous avez deux gosses  ...
La Bonté a mille visages, mais une seule voix. maxims24
Dieu, sans doute pour limiter les dégâts du Mal qu'il a lancé à travers le monde, l'a fait suivre de la Bonté.
Si la Bonté n'existait pas, la Terre tout entière se massacrerait. Sur les champs de bataille, les blessés pourraient attendre en vain les civières de la Croix-Rouge. Dans les grandes villes, les pauvres hères chercheraient en vain le morceau de pain qui leur permet de vivre. Les malades, sans -argent pour se soigner, ignoreraient la rude et salutaire discipline des hôpitaux.
Si la Bonté n'existait pas, bien des cœurs qui souffrent en silence ne recevraient jamais l'apaisement de l'ami qui console. Bien des hommes ne pourraient lutter, sans l'appui bienveillant et bon d'une âme qui encourage, qui prodigue une critique douce, dépourvue de toute méchanceté.
Etre bon, ce n'est pas absoudre aveuglément, jusqu'à la faiblesse. La Bonté a un but : guérir pour relever. Et la fermeté peut très bien être une de ses formes.
Certes, les rapaces au cœur sec, aux mains crochues guettent' les proies faciles que sont les êtres bons. Mais n'oublions pas que ces derniers sont clairvoyants et qu'ils doivent savoir démasquer l'hypocrisie de ces petits saints aux dents longues.
Ne craignons point d'être bons: trop de malheureux nous attendent.
Trop de misère se cache que nous ignorons. Parfois, tout près de nous, sous notre toit même, des cœurs se sacrifient devant notre égoïsme. Qu'il nous .suffise d'y réfléchir, de penser un peu aux autres. Et nous découvrirons qu'avec peu d'efforts nous pouvons leur donner un peu de bonheur. Une attention, un mot, sont peu de choses. Mais, pour celui qui reçoit, c'est peut-être beaucoup. La réciprocité amènera une vie meilleure d'où seront bannies les petites déceptions meurtrières qui gâchent le plus clair de notre temps.
Soyons bons, en dehors de tout snobisme, de toute recherche de satisfaction personnelle.
Soyons bons, tout simplement.
Suzanne Vanet
 
 
< Précédent   Suivant >
 
Pour consentir à vivre, il faut rêver sa vie
réalisation Tanisweb