arrowNouveautés arrow Nouvelles arrow La Jeune Fille et la vocation

Alain Vanet
Nouveautés
Romans
Nouvelles
Poésie
Essais
Symbolisme
Mon métier
Travaux divers
Photos
J ai lu, vu, entendu
Citations
Bibliographie
Me contacter
- - - - - - -
Le Domaine perdu
petites heures
Envoi
La Lettre

 
La Jeune Fille et la vocation Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail


Un couple n'avait qu'un enfant et c'était une fille. Arrivée à l'âge où on aurait pu la marier, celle-ci annonça son intention d'entrer au couvent. Ce fut pour les parents un accablement. La maison serait désormais vide et ils perdaient le seul espoir qui leur restait d'améliorer un peu, par son mariage, leur situation.

Ils étaient amis d'Aku Tonpa et lui demandèrent son aide. - Fiez-vous à moi, leur dit-il. Annoncez à votre fille qu'elle entrera au couvent le mois prochain. C'est moi-même qui l'y accompagnerai.

- Mais Tonpa ...
- Faites-moi confiance.

Le jour venu, les parents, au comble de l'inquiétude, virent effectivement leur fille s'éloigner en compagnie d'Aku Tonpa sur la route qui devait la conduire au couvent.

C'était un trajet d'une bonne journée. À midi, les deux voyageurs s'arrêtèrent au bord d'un lac. Aku Tonpa installa la jeune fille sur l'herbe. Tous les deux avaient soif .

- Repose-toi, dit Aku Tonpa. Je vais te chercher de l'eau. Il alla au lac, se contenta de pisser dedans, et revint.
- Et l'eau? demanda la jeune fille.
- Je t'en ai rapportée.
- En faisant ce que tu as fait dans le lac?
- Bien sûr. Tu ne connais pas la méthode?
L'innocente l'ignorait, en effet.
- Moi aussi, je peux boire en faisant comme toi?
- Non, tu ne pourrais pas boire, répondit Aku. Tonpa. Par cette méthode, on peut simplement prendre de l'eau pour la transporter. Mais maintenant, je vais te donner à boire, par la seconde bouche.

La jeune fille n'avait jamais entendu parler de cette seconde bouche.

- Celle qui correspond à l'endroit par lequel j'ai été moi, prendre l'eau, expliqua Aku Tonpa. Regarde ...

Il lui remonta la robe, et la demoiselle fut si heureuse de la façon dont, ce jour-là, elle fut désaltérée au bord d'un lac, que le soir même elle était de retour chez ses parents. Elle avait renoncé au couvent.

 

Le rire du Tibet
Histoires grivoises et facétieuses
D’Aku Tonpa
Renaud Lavandier
Ed.L’Harmattan

 

 
< Précédent   Suivant >
 
Pour consentir à vivre, il faut rêver sa vie
réalisation Tanisweb