arrowNouveautés arrow Essais arrow L'art du portrait

Alain Vanet
Nouveautés
Romans
Nouvelles
Poésie
Essais
Symbolisme
Mon métier
Travaux divers
Photos
J ai lu, vu, entendu
Citations
Bibliographie
Me contacter
- - - - - - -
Le Domaine perdu
petites heures
Envoi
La Lettre

 
L'art du portrait Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

 

 

Hélène Rosier-Bron était une portraitiste connue dans le milieu de la peinture du Sud Ouest à l’époque (1936). Elle dirigeait, car il fallait bien vivre, un atelier de photographie situé rue du Palais à La Rochelle. Son mari était capitaine de vaisseau ; il avait en particulier commandé, à ce que j’en ai su, le dernier navire qui emportait les bagnards vers leur triste destin… C’est chez ces amis de mes parents, je me souviens, que j’ai dégusté pour la première fois des huîtres… Ma répulsion fut tellement importante, et violente… que je m’en souviens encore. Je mange maintenant encore rarement des huîtres, et toujours en quantité modérée.

L'Art du Portrait

Je suis allé trouver Hélène Rosier-Bron, portraitiste de talent, et lui ai demandé ce qu'elle pensait de son Art. Son visage s'est illuminé. Et, dans le studio où les portraits de personnalités voisinent sans souci de l'étiquette politique, où des visages inconnus reflètent des expressions bien personnelles, l'artiste m'a parlé avec émotion de l'Art pour lequel elle vit.

Je rapporte ici ses propres paroles:

« L'esprit d!imitation de l'homme l'a poussé depuis la préhistoire à reproduire les expressions humaines. Mais le dessin est un Art qui a rebuté plus d'une bonne volonté : on naît portraitiste, on ne le devient pas. Copier un visage n'est rien, lui donner la vie, voilà le but suprême. Cet Art demande une subtilité avivée, une compréhension parfaite du modèle, et une ambiance de Rêve où tout s'harmonise. L'étude du visage est chose redoutable et la difficulté n'est pas dans le dessin, mais dans le respect intégral des nuances, des ombres. L'Art, c'est saisir cette flamme qui anime toute expression humaine; c'est dégager de lignes parfois confuses le petit rien qui crée la vie et la personnalité. Quand je dessine, rien n'existe plus. Et dans cet état qui touche à l'hypnose, je vis dans un Rêve; mon âme, qui comprend et ressent l'Expression et la Vie, tend avec passion à traduire sous mon crayon ces abstractions qui ne se dessinent pas, mais qui naissent de mon émotion. Cela seul existe, et tout portrait sans vie n'est qu'un dessin. L'école moderne semble moins difficile que moi pour qui interpréter et traduire sont les seuls soucis.


C'est pourquoi les grands peintres attachent tant d'importance à leurs ébauches. Je vous ai déjà dit la part du Rêve dans cet Art. Donner confiance à son modèle, établir entre lui et soi l'accord parfait d'où naît l'Harmonie, c'est la première difficulté.


Et c'est dans ce courant de sympathie, je dirais presque d'intimité, que naissent les œuvres belles et durables.

Ainsi, vous voyez que la psychologie, l'assimilation, la sentimentalité sont les nécessités maîtresses de cet Art qui me donne les émotions les plus pures de ma Vie. J'aime le portrait, et je ne suis jamais plus heureuse qu'après avoir créé sur mes feuilles la douceur d'un sourire, la noblesse d'un visage, l'intelligence d'un regard ou l'expression d'une âme ».

 

 

 

 

Hélène Rosier-Bron

 
< Précédent   Suivant >
 
Pour consentir à vivre, il faut rêver sa vie
réalisation Tanisweb