arrowNouveautés arrow Essais arrow L'Aunis

Alain Vanet
Nouveautés
Romans
Nouvelles
Poésie
Essais
Symbolisme
Mon métier
Travaux divers
Photos
J ai lu, vu, entendu
Citations
Bibliographie
Me contacter
- - - - - - -
Le Domaine perdu
petites heures
Envoi
La Lettre

 
L'Aunis Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Index de l'article
L'Aunis
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5
Page 6
Page 7

Cet essai concerne une région dans laquelle j'ai passé toute mon enfance : l'Aunis, la région toute proche de la Rochelle. On y parle notamment du village qui se nomme"Aigrefeuille", lieu où nous avons passé quelques semaines pendant la guerre. Nous avions en effet quitté la ville de la Rochelle qui avait été déclarée par les occupants « ville fermée », ce qui signifiait que les Allemands avaient l'intention de la défendre. Au cas nous sortionst dans l'enceinte de la ville, les hommes auraient dû se battre avec les Allemands contre les forces alliées.
Ce récit décrit, dans le style un peu désuet de l'époque, les conditions de vie d'une partie de la population rurale de cet endroit.

Au pays des « cosses » de vigne

ESSAI SUR LA VIE DES ANCIENS VIGNERONS DE L'AUNIS

A l'heure où le village s'endort, sous les reflets d'acier que la lune plaque sur les toits familiaux, je suis allé, ce soir, porter mes pas errants et ma pensée rêveuse, sur la place pleine de silence et de souvenir.

Elle tend les bras de ses allées nombreuses de marronniers séculaires, vers le clocher que la clarté lunaire détache, pâle, sur le bleu nocturne du ciel profond.

En bordure nord, la masse de l'église, d'un conformisme géométrique et propre, fut conçue dans un style administratif qui massacra froidement, le cachet médiéval de l'ancien monument.

La stèle aux morts de la grande guerre, malgré l'urne funéraire qui la couronne sans nécessité, est, cependant, d'une parfaite sobriété. Dressée sur cet ancien cimetière, aux jours ensoleillés, comme les tombes disparues, elle continue de marquer, de son ombre familière, sur le sol où reposent les générations• éteintes, les heures et les étapes du labeur quotidien.

Observée par une âme étrangère, en laquelle elle ne saurait évoquer nulle: réminiscence, cette place ne peut offrir, au regard indifférent, qu'une banalité villageoise sans histoire et sans grâce.

Mais, dans la mémoire d'un enfant du pays, qui entend encore sonner, après la soixantaine, la vieille cloche de son baptême, quel monde de souvenirs surgit,•gros de réflexions et de méditations!


 
< Précédent   Suivant >
 
Pour consentir à vivre, il faut rêver sa vie
réalisation Tanisweb