arrowNouveautés arrow Essais arrow Le bon sens

Alain Vanet
Nouveautés
Romans
Nouvelles
Poésie
Essais
Symbolisme
Mon métier
Travaux divers
Photos
J ai lu, vu, entendu
Citations
Bibliographie
Me contacter
- - - - - - -
Le Domaine perdu
petites heures
Envoi
La Lettre

 
Le bon sens Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

 

Il faut noter que les moeurs de l'époque n'étaient pas les mêmes qu'aujourd'hui; certes les mauvais patrons existaient déjà et je ne veux pas ici faire une louange de la bourgeoisie! mais un texte sur le "bon sens" ne me paraît pas inutile de nos jours...

Le Bon sens

Tu es Français, et jeune. L'Etranger assure que le bon sens est la qualité principale de la Patrie. Et pourtant ! ... Je te vois soucieux, embarrassé devant certains problèmes, alors que la réflexion suffit à les résoudre. C'est que le bon sens n'est pas aussi courant qu'on peut le croire, et réfléchir veut dire « raisonner juste ». Mais notre lourde hérédité a créé dans notre esprit une trame d'idées préconçues sur lesquelles nous bâtissons notre raisonnement. Sur ces bases fausses, il est inutile de s'appliquer: la solution sera mathématiquement erronée. Un premier point est acquis : ne pas confondre le « bon sens» avec le « sens commun ».

La spécialisation née de notre profession, notre vie dirigée suivant nos inclinations, font que nous jugeons toute chose à travers un prisme personnel. J'estime que l'enfant a l'école devrait, avant tout, suivre un cours de logique. Certainement, par la suite, beaucoup d'hommes ne paieraient pas de leur argent ou de leur bonheur des actes inconsidérés. La pensée naît indomptée. Il appartient à l'homme de la discipliner, de la conduire sur les chemins déjà tracés, différents de ceux qui mènent aux impasses. La logique s'acquiert et nul ne possède la science infuse. Ne crois pas la tâche impossible. Et si tu veux un exemple, souviens-toi. Me parlant des femmes, tu as tranché d'un air averti: toutes sont légères. Pourtant, il en est de réfléchies.

Il ne faut pas généraliser.

Tu affirmes que ton patron est rude. Mais je sais, moi, ses actes de bonté. Reconnais que ton jugement était basé sur une observation incomplète. Les statistiques te sont chères, mais pourquoi, sur leur simple lecture, tires-tu des conclusions irrévocables ; la documentation sur laquelle on les a chiffrées était peut-être incomplète.

Monsieur Untel n'a pas de cœur et tu le rayes de tes relations: mais •en sais-tu la cause?
Bon sens !

Vois-tu, les mots ont leur valeur et avant de les prononcer il faut bien réfléchir. Tu es sincère, et c'est le principal. Recherche maintenant les fautes que tu as commises, les résultats différents de ceux que tu escomptais. Dans ton raisonnement, n'avance qu'a coup sûr. Si tu poses un principe, vérifie-le et dis-toi bien que le résultat n'a de valeur qu'autant qu'il est juste. J'éprouve pour ma part un vif plaisir a raisonner: chaque victoire du bon sens nous rend fier de notre supériorité d'homme.

Les tout jeunes enfants sont bien souvent nos maîtres pour ce qui est d'observer et de raisonner logiquement pour les actes simples qu'ils veulent accomplir. Seules, la précipitation avec laquelle nous vivons, l'influence parfois mauvaise d'autres que nous, nous conduisent aux erreurs néfastes.
Prenons notre temps et soyons « soigneux» dans notre raisonnement, comme en toute chose.
Cultivons notre bon sens, et nous irons dans la Vie, calmes et tranquilles, déjà certains de notre réussite.

Suzanne Vanet

 
< Précédent   Suivant >
 
Pour consentir à vivre, il faut rêver sa vie
réalisation Tanisweb