arrowNouveautés arrow Essais arrow Le Rubis

Alain Vanet
Nouveautés
Romans
Nouvelles
Poésie
Essais
Symbolisme
Mon métier
Travaux divers
Photos
J ai lu, vu, entendu
Citations
Bibliographie
Me contacter
- - - - - - -
Le Domaine perdu
petites heures
Envoi
La Lettre

 
Le Rubis Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

 

 

LE RUBIS

Il faut laisser son cœur aller à l'aventure, pensa Gaspard au cours de sa veille; la nuit, cette nuit de janvier, me semble particulièrement glaciale; les voitures qui roulent par la neige comme dans de l'ouate emmènent vers des joies douteuses les gens qui se disent du monde ! Comme si nous n'en étions pas tous, hélas ! Mais n'ai-je point là, bien cachée et capable de me réjouir l'âme, l'antique bouteille de Bourgogne, sur qui j'ai les renseignements les plus honorables ? Il l'atteignit et fit miroiter devant la flamme de sa lampe le généreux vin. Et il monologua :

Rubis étincelants, liquide incendié, paiement d'un sot pour qui je fis un sonnet d'amour dont il s'est promu l'auteur à quelque maritorne, spirituelle liqueur désormais à ta vraie place, puisque te voici dans le gobelet d'un poète, évoque pour mon âme la gemme que ta couleur symbolise ! La gemme que seul le Diamant dépasse en beauté. C'est l'admirable agrafe du bonnet des radjahs, celle d'où part, comme un jet de flammes, l'aigrette des princes de l'Inde mystérieuse; la Pierre sanglante que ces amants de la couleur, les Hindous, même les plus humbles, choisirent pour figurer les yeux de leurs dieux millénaires.

Et les pompes de l'Eglise chrétienne ne la laissèrent, non plus, jamais au second rang. Elle attache les chasubles, entoure le pied des calices les plus ouvragés de la Renaissance, claire, belle et transparente comme les rubis qui coulèrent, après le coup de lance, du flanc navré du Sauveur des hommes.

Rappelons-nous le rouge-gorge qui porte, depuis l'angoissante montée au Calvaire, son hausse-col de rubis. Est-il un poème plus divin que celui de la petite et frêle créature qui voulut donner une ineffable leçon de pitié aux fauves incapables de comprendre et qui reçut en payement de son courage l'ordre du Sang du Christ? Sa pourpre est synonyme de grandeur. N'est-ce pas sa couleur, la couleur des rubis dont le dernier conquérant voulut ensanglanter les géants d'autrefois ? Et lorsqu'ils portèrent ce signe victorieux, ne furent-ils pas, sous l'œil de ce maître, plus épiques, certes, qu'on ne vit jamais leurs ancêtres! Qu'elle fleurisse aujourd'hui indifféremment les héros et les thuriféraires, elle se retrouve toujours aussi pure et sans aucune souillure, la véritable Pierre de gloire; les champs arborent en août sa teinte héroïque parmi les blés mûrs ; les rubis remplissent les verres le dimanche sous les tonnelles et versent un peu de joie dans les poitrines laborieuses; ici, c'est le généreux vin de France qui choisit la transparence de la pierre triomphale.

Avec le bleu de l'Espoir, le blanc des Lys de pureté, elle prête sa note enflammée aux bannières de la patrie qui flottent sous les nuages du ciel comme les âmes visibles d'un peuple généreux.
On la vit, on vit les rubis orientaux, dont les mines sont perdues depuis des siècles, éblouir les colliers et les armes des Condottieri du temps des Médicis; les magnats de Hongrie, qui furent les fanatiques des rubis sibériens, laissèrent choir de leurs pelisses pour les pauvres ces richesses mal attachées que des malins ramassèrent en même temps que les grenats des monts Krapacks faisaient délivrer et qu'ils les ajustèrent en fines ferronnières au front des Dames endormies aujourd'hui sous les lourdes lames de pierre, mais dont les troublants sourires animent encore nos musées.

Rubis ! Du sang, du vin, des Roses, de la vie, de la joie, de la beauté !

Tels vous disiez votre harmonieux et éclatant poème qui se déroulait sous le front de Gaspard de la Nuit, tandis qu'à travers sa fenêtre mal close, sifflaient les bises, geignait l'hiver, mais que les rubis bourguignons ensoleillaient son cœur.

HENRY MÉRIOT
de l'Académie des Dix de Province.

 
< Précédent   Suivant >
 
Pour consentir à vivre, il faut rêver sa vie
réalisation Tanisweb