arrowNouveautés arrow Travaux divers arrow Sociologie arrow Le travail de nuit

Alain Vanet
Nouveautés
Romans
Nouvelles
Poésie
Essais
Symbolisme
Mon métier
Travaux divers
Photos
J ai lu, vu, entendu
Citations
Bibliographie
Me contacter
- - - - - - -
Le Domaine perdu
petites heures
Envoi
La Lettre

 
Le travail de nuit Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Index de l'article
Le travail de nuit
Page 2

Une autre preuve que notre société est inégale et que des améliorations doivent y êtreapportées.

Travailler la nuit

Le retentissement sur la santé et le bien-être des horaires de travail atypiques et cycliques étant source de préoccupation, une étude franco-allemande a évalué l'impact des horaires de travail posté et de nuit sur la qualité du sommeil, la vigilance et la qualité de vie.

Cette étude, menée de 2001 à 2003, a inclus 1 470 salariés de deux grandes entreprises allemandes, une entreprise sidérurgique et une entreprise automobile, et 1 231 salariés de 13 PME-PMI lorraines de différents secteurs d'activités. Les salariés ont été invités à répondre à un questionnaire visant à préciser les données socio-professionnelles, et celles intéressant les trois critères d'intérêt de l'étude.

Les travailleurs inclus, âgés de moins de 55 ans, ont été répartis en quatre groupes, selon les horaires de travail : travail exclusivement de jour ; travail de jour en équipes alternantes (2 x 8) ; travail posté en équipes alternantes, avec travail de nuit ; travail exclusivement de nuit, après 22 h et avant 5 h.

L'analyse a porté sur les réponses à 2 449 questionnaires, fournies par 295 femmes et 2 154 hommes, dont 47 % travaillaient en horaires postés (âge moyen : 40,5 ans), 32 % en horaires de jour (40,1 ans), 9 % en 2 x 8 (41,5 ans), 12 % en horaires de nuit permanents (42,3 ans), 97,7 % des salariés travaillant à temps plein.

Près de 70,5 % des sujets déclaraient avoir des activités extraprofessionnelles (71,5 % des hommes, 63,6 % des femmes).

Parmi les travailleurs de nuit, 78,8 % se considéraient être « plutôt du soir » ; 67,4 % des travailleurs de jour se considéraient « plutôt du matin », et 60 % des travailleurs postés et de ceux travaillant en 2 x 8 se trouvaient aussi « plutôt du matin ».

Une mauvaise qualité de sommeil

Cinquante-huit pour cent des travailleurs (n = 1 195) avaient, en période de travail, des scores témoignant d'une mauvaise qualité de sommeil. Les travailleurs de nuit ne sont pas apparus à cet égard significativement différents de ceux travaillant de jour ; en revanche, la qualité de sommeil était significativement moins bonne chez ceux travaillant en alternance, tant en travail posté avec horaires de nuit qu'en 2 x 8 sans horaires de nuit.


 
< Précédent   Suivant >
 
Pour consentir à vivre, il faut rêver sa vie
réalisation Tanisweb