arrowNouveautés arrow Essais arrow L'Emeraude

Alain Vanet
Nouveautés
Romans
Nouvelles
Poésie
Essais
Symbolisme
Mon métier
Travaux divers
Photos
J ai lu, vu, entendu
Citations
Bibliographie
Me contacter
- - - - - - -
Le Domaine perdu
petites heures
Envoi
La Lettre

 
L'Emeraude Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

 

Encore un texte concernant la Beauté... beauté de la pierre que l'on taille, comme nous taillons la nôtre un peu tous les jours...

L'ÉMERAUDE

Emeraudes du Jour, vous êtes la pierre des Vierges, vous symbolisez la fraîcheur des prairies de Mai; franches comme les plus claires pensées, vos feux s'éteignent aux feux de nos lumières factices, tant votre noblesse est grande. Je ne sais quoi d'éperdu et de définitivement artiste se dégage, pour les sensitifs, de votre couleur qui rappelle aux esprits exaspérés les manteaux divisés des Impératrices byzantines. Le Saint Graal qui servit le jour de la Cène aux libations de Jésus, dans lequel Joseph d'Arimathie recueillit de ses mains pieuses, qu'il dut juger malgré leur pureté follement indignes, le sang du Sauveur du Monde, ne fut-il pas taillé dans cette matière admirable ?

Ne faut-il pas évoquer lorsqu'on parle de vous, les parures des divinités sanglantes de Tenochtislan et les joyaux que Fernand Cortez put offrir à sa fiancée lorsqu'il revint des Indes ? Jamais femme n'en connut de semblables, et sa Dona Juana ne fut-elle pas, le jour où elle s'en para, la rivale des plus inaccessibles souveraines ?

Evocatrices des Mers et des Rivières assombries, que les hauts arbres des berges font profonds, ainsi que des encres translucides, mystérieuses comme les eaux qui ensevelirent Ophélie aux accents éteints et imprécis que dirent pour l'amante d'Hamlet les Hamadryades et les Ondines aux voix suprahumaines; Pierres de secret, Pierres envoûteuses des hauts concepts, recevez ici l'hommage de celui qui vous comprend.

Telles vous fûtes et serez à jamais instigatrices des plus insignes aristocraties; je vous retrouve en guirlandes d'espérance aux colliers des princes du XVI° siècle et aux bonnets des Doges, qui donnaient aux autres hommes le spectacle inexprimable d'Hommes épousant la Mer.

Emeraudes des peintres, dont Benjamin Constant couvrit avec profusion ses toiles; Emeraudes des poètes, qui furent, à l'encontre des Philistins, les véritable possesseurs de votre spiritualité pour vous avoir contemplées et pour avoir pénétré votre âme mystérieuse, restez à nos yeux les pierres évocatrices de Lumière, de Gloire et d'Espoir !

HENRY MÉRIOT
de l'Académie des Dix de Province.

 
< Précédent   Suivant >
 
Pour consentir à vivre, il faut rêver sa vie
réalisation Tanisweb