arrowNouveautés arrow Poésie arrow Poésies en chansons arrow Les vieux

Alain Vanet
Nouveautés
Romans
Nouvelles
Poésie
Essais
Symbolisme
Mon métier
Travaux divers
Photos
J ai lu, vu, entendu
Citations
Bibliographie
Me contacter
- - - - - - -
Le Domaine perdu
petites heures
Envoi
La Lettre

 
Les vieux Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Parler du bout des yeux...

Et pourtant ils ont parlé du bout des yeux bien longtemps avant... Au moment de la séduction, ne parle-t-on pas du bout des yeux? Au moment de la malédiction et du tonnerre dans nos vie, c'est souvent l'oeil qui annonce l'orage...

De même que ce sont bien les yeux qui précèdent le trouble du coeur ensuite celui du corps au moment de l'amour...

Chez les vieux aussi, finalement, c'est le regard qui trahit, comme au moment du renoncement ... ce poème me fait penser à une certaine phrase de Semprun, relatant certains regards à Buchenwald...

Mais nous aussi, nous nous tenons par la main dans les bons comme les mauvais moments. Alors oui, "relation fusionnelle"... on souhaite, ou on souhaite pas... d'autres diraient "faut le faire"... et tout simplement, si tout compte fait, c'était plus doux?

Jacques Brel

Les vieux

Paroles et Musique: J. Brel/G. Jouannest 1964

 
Les vieux ne parlent plus ou alors seulement parfois du bout des yeux
Même riches ils sont pauvres, ils n'ont plus d'illusions et n'ont qu'un cœur pour deux
Chez eux ça sent le thym, le propre, la lavande et le verbe d'antan
Que l'on vive à Paris on vit tous en province quand on vit trop longtemps


Est-ce d'avoir trop ri que leur voix se lézarde quand ils parlent d'hier
Et d'avoir trop pleuré que des larmes encore leur perlent aux paupières
Et s'ils tremblent un peu est-ce de voir vieillir la pendule d'argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, qui dit : je vous attends

 
Les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour et dorment trop longtemps
Ils se tiennent par la main, ils ont peur de se perdre et se perdent pourtant
Et l'autre reste là, le meilleur ou le pire, le doux ou le sévère
Cela n'importe pas, celui des deux qui reste se retrouve en enfer


Vous le verrez peut-être, vous la verrez parfois en pluie et en chagrin
Traverser le présent en s'excusant déjà de n'être pas plus loin
Et fuir devant vous une dernière fois la pendule d'argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, qui leur dit : je t'attends
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non et puis qui nous attend.

 
< Précédent   Suivant >
 
Pour consentir à vivre, il faut rêver sa vie
réalisation Tanisweb