arrowNouveautés arrow petites heures

Alain Vanet
Nouveautés
Romans
Nouvelles
Poésie
Essais
Symbolisme
Mon métier
Travaux divers
Photos
J ai lu, vu, entendu
Citations
Bibliographie
Me contacter
- - - - - - -
Le Domaine perdu
petites heures
Envoi
La Lettre

 
Petites Heures

Petites heures pour une Princesse triste

Le livre d'heures, recueil de textes de dévotion et d'offices à l'usage des laïcs, fut l'ouvrage de piété le plus répandu et le plus prisé de la fin du Moyen Age. Il est le plus souvent enrichi d'illustrations en rapport avec les divers éléments du texte, la qualité assez variable de ce décor peint étant fonction du rang social et des ressources du destinataire. Le propriétaire lisait chaque jour un texte de ce recueil.

J’ai dans mon entourage deux Princesses dont les heures de chaque jour ne sont pas toujours… heureuses. Je me suis notamment trouvé, un jour, avec l'une d'entre elles dans le nartex de la Basilique de Vézelay à un moment particulièrement pénible pour elle. Et devant sa peine j'étais sans ressource... absolument sans ressource si ce n'était la tendresse que je lui portais. Mais chacun sait bien que la tendresse est insuffisante pour soulager les véritables moments de détresse...

L'autre princesse, à d'autres moments et dans d'autres lieux, éprouve elle aussi de tels instants. Que ce soit dans sa vie professionnelle, ou à l'inverse dans des moments plus intimes, ou tout simplement dans la minute qui s'écoule... Et je suis également assez impuissant et inutile, si ce n'est par la parole et la pensée.

En un mot, dans des arpèges et des couleurs personnelles, ces Princesses sont toutes deux, parfois d'une tristesse qui me plonge dans un nuage nostalgique...

Mais on peut s'échapper un peu, grâce aux images, grâce aux sons, grâce aux mots... cela permet de passer une minute, puis deux... puis de gagner - peut être - un autre espace, une autre couleur que le gris, un petit nid ignoré de la brutale réalité... les mots sont si puissants! Les mots sont des armes terribles. Alors pourquoi ne pas les utiliser pour nous protéger, ou nous panser; les mots sont aussi des baumes apaisants, certes ils ne soignent pas réellement, ils passent comme des plumes, ils volent, mais ils ont ce pouvoir que nous ne possédons pas: modifier le cours du temps...

J’ai donc composé cette compilation (compilation... pas pour chaque morceau...) de textes afin que leurs pensées puissent parfois dévier de leur cours plus ou moins triste. La vie est partout, parfois cachée sous des masques étranges… mais tellement merveilleuse… encore faut-il y croire.

Et j'ai nommé ceci "Petites heures pour une Princesse triste".

 

  • Mois de Janvier  ( 12 items )

    Janvier frileux,
    Gèle l'oiseau sur ses oeufs.

    Au mois de janvier,
    Mieux vaut voir le loup dans les champs, qu'un homme en chemise.

    Le mauvais an
    Entre en nageant.

    Si janvier ne prend son manteau,
    Malheur aux arbres, aux moissons, aux coteaux.

    Janvier sec et sage
    Est un bon présage.

    Le jour à la Saint Antoine a augmenté d'un dîner de moine

    Neige en janvier, vaut du fumier.
    Neige en janvier, blé au grenier.

    En janvier, la neige s'assied comme un cavalier
    En février, elle fuit comme un chien lévrier.

    Saint Vincent, claire journée, nous annonce une bonne année.

     

  • Mois de Février  ( 10 items )

    Neige, eau, pluie, brouillard de février
    Vaut du fumier.
    (Allier, Dordogne)

    Si février laisse les fossés pleins,
    Les greniers deviendront pleins.
    (Charente)

    Vaut autant voir un loup en son troupeau
    Que le mois de février beau.
    (Vaucluse)

    Quand à Notre-Dame de Chandeleur soleil luit,
    L'hiver encore quarante jours s'ensuit.
    (Ardèche, Gers, Tarn)

    Quand il tonne au mois de février,
    Toute l'huile tient dans une cuiller.
    (Aveyron)

    S'il tonne en février, point de vin.
    (Nièvre, Deux-Sèvres)

  • Mois de Mars  ( 10 items )

    ars incarne la force brutale. Tous les peuples de l'Antiquité l'adoraient. Dieu de la guerre, fils de Jupiter et de Junon, il avait, sous le nom d'Arès, des autels dans toute la Grèce. On raconte que Mars, cité devant les dieux par Neptune dont il avait tué le fils, fut acquitté par ses juges, réunis sur une colline près d'Athènes. En souvenir de ce fait mémorable, les Grecs donnèrent à leur tribunal, installé au lieu même où Mars fut jugé, le nom d'Aréopage signifiant colline de Mars.

    Ce même nom de Mars fut donné plus tard à l'un des jours de la semaine, le mardi ; à l'une des planètes que connaissaient les Anciens, et enfin au métal, le fer, qui servait à fabriquer les armes de guerre. Le mois de mars était symbolisé par un homme vêtu d'une peau de louve, en souvenir de la nourrice de Romulus. Le dieu Mars était représenté sous la figure d'un guerrier terrible. Le coq, symbole de vigilance, lui était consacré. On sacrifiait sur ses autels des loups et quelquefois des victimes humaines.

    Le poète Ausone place auprès de lui un bouc pétulant, une hirondelle qui gazouille, un vase plein de lait, qui, avec l'herbe verdoyante, annoncent le retour du printemps. Dans les combats, il était accompagné de ses fils Phoibos et Déimos (la Crainte et l'Effroi) qui attelaient et conduisaient son char, ainsi que d'Eris (la Discorde), sa compagne et sa soeur, qui se tenait à ses côtés.

    Un brasseur du faubourg Saint-Marceau, à Paris, ne faisant que de la bière de mars (ainsi nommée parce qu'elle se fabrique avec un froment qui se sème en ce mois), avait pris pour enseigne le dieu Mars. En 1793, on lui objecta que Mars était un ci-devant, et qu'un bon patriote ne devait rien conserver de l'Ancien Régime. Il ne pouvait prendre le dieu Ventôse, qui occupait les 21 premiers jours du ci-devant Mars, et qui eût inspiré, sur les effets de sa bière, un affreux calembour. Mais Germinal entrait en fonction le 22 ; c'était assez. Il fit repeindre son enseigne, où l'on put lire le lendemain : Au dieu Germinal, brasserie de Justin Carmus.


  • Mois d Avril  ( 10 items )

    on nom vient du latin aprilis, qui était le nom donné à ce mois par les Romains en l’honneur de la déesse Aphrodite ou du verbe latin aperire .

    Selon Ovide, Aprilis est dédié à Vénus : « Nous voilà arrivés au quatrième mois où on t'honore particulièrement : tu sais, Vénus, que le poète et le mois sont à toi. » Il justifie cette attribution d'abord par la proximité avec Mars (le mois et le dieu) et le fait que les Césars prétendaient faire remonter leurs origines de leur gens à la déesse. Il ajoute que « Quirinus affirma toujours que Mars et Vénus étaient ses parents et il mérita d'être cru ; pour que ses descendants ne pussent l'ignorer, il voua aux dieux de sa famille deux mois successifs. ». Ovide justifie l'étymologie grecque (Aphrodite) du mois par la forte présence grecque dans la Grande Grèce.

    Ovide récuse l'autre explication par le verbe aperire : « Quelle n'est pas la prétention des envieux ? Certains voudraient te ravir, ô Vénus, le patronage de ce mois et ils te jalousent. Comme le printemps ouvre alors toutes choses et que se dissipe l'âpreté du froid qui resserrait le sol, comme la terre fécondée ouvre son sein, ils disent qu'avril (aprilem) est ainsi appelé parce que c'est la bonne saison où tout est éclos (aperto tempore), mais la bonne Vénus met la main sur ce mois et le revendique. ».

    Le dictionnaire Gaffiot, après avoir relevé son origine peu claire, rapproche aprilis de l'adjectif apricus (« exposé au soleil, qui aime le soleil, ensoleillé - clair, pur »)

     

     

    Enfin, une dernière étymologie, qui, à vrai dire, nous paraît la meilleure, bien qu'elle ne nous apprenne pas l'origine des mystifications du 1er avril : En avril, le soleil vient d'entrer dans la constellation zodiacale qu'on appelle les Poissons. Disons à ce propos que la constellation des Poissons était, en Égypte, consacrée à la déesse Nephtis, puissance malfaisante qui symbolise la stérilité de la terre. Elle était la femme de Typhon, dieu du mal, des ténèbres, de la stérilité. Détail assez curieux : dans les temples consacrés à Typhon, on immolait à ce dieu des hommes roux !

    Pluie d'avril
    Remplit grange et fenil. (Vienne)

    Quand il pleut à la Saint-George,
    Il n'y a ni prune ni orge.
    (Aube)

    Mars hâleux,
    Avril pluvieux
    Font mai joyeux.
    (Somme, Vaucluse)

    Quand il tonne en avril,
    Vendangeurs, préparez vos barils.
    (Drôme, Meuse, Vosges)

     

    image : orchidee.77.free.fr

  • Mois de Mai  ( 11 items )

    roverbes (souvent contradictoires car ils ont des origines régionales différentes) :

    « Au moi de mai, manteau jeté. »
    « En avril, ne te découvre pas d’un fil ; en mai, fais ce qu’il plaît ;
    en juin, tu te vêtiras d’un rien. »
    « Femme de mai plaît toujours. »
    « Mai froid n’enrichit. »
    « Mai pluvieux marie le laboureur et sa fille. »
    « Mai pluvieux, laboureur joyeux. »
    « Mariages de mai ne fleurissent jamais. »
    « Pendant le moi de mai, couvre-toi plus que jamais. »
    « Si le dicton dit vrai, méchante femme s'épouse en mai. »
    « Mai, mois fleuri, mois béni. »
    « Mai, mois de fleurs, mois de pleurs. »

     

    Les très riches heures du Duc de Berry

     

    Le mois de mai est le cinquième mois du calendrier grégorien et le troisième du calendrier julien.

    Son nom viendrait du latin maius et fut donné par les Romains en l’honneur de la déesse Maïa. Selon certains, ce serait le premier roi romain Romulus qui aurait donné ce nom en l’honneur des sénateurs appelés maiores. À l’origine, c’était le troisième mois du calendrier romain.

    Le mois de mai est aussi le mois de Marie. Autrefois, celui-ci était réservé aux communions et baptêmes. De nos jours, cette tradition n’est plus réellement respectée. Les apparitions de Fatima ont eu lieu au mois de mai. Le mois de mai est en relation avec le mois de juin, qui est le mois du Sacré-Cœur.

    Néanmoins, les mariages sont le plus souvent célébrés aux mois d’avril et juin, une superstition encore vivace indiquant qu’il ne faut pas se marier en mai, la femme serait stérile. Les Romains évitaient de se marier en mai car c’était aussi le mois des esprits malins.

    Sous l’Ancien Régime, il était de coutume de planter un « mai » ou Arbre de mai en l’honneur de quelqu’un. Le comté de Nice voyait filles et garçons « virer le mai » au son du fifre et du tambour, c’est-à-dire danser les rondes de mai autour de l’arbre de mai planté sur la place du village.

    Le 1er mai, la Fête internationale du Travail est célébrée presque universellement (mais ni aux États-Unis et au Canada où cette fête a lieu le premier lundi de septembre). Le mois de mai est le mois du muguet, qui s’offre traditionnellement le 1er mai.

    Au Japon, il existe ce que l’on appelle la maladie de mai, une sorte de malaise où les nouveaux étudiants, les travailleurs commencent à être fatigués de leur nouveau travail scolaire ou emploi. Cela est dû à la coutume japonaise qui fait commencer toutes les années scolaires et années fiscales le 1er avril.


    utres proverbes

    Frais Mai, épaisse tourte,
    Mais peu de vin dans la coupe.

    Plus Mai est chaud,
    Plus l'an vaut.

    Mi-mai, queue d'hiver.

    Frais mai et chaud juin,
    Amènent pain et vin.

    Mai frileux, an langoureux
    Mai fleuri, an réjoui
    Mai venteux , an douteux.

    Si le dicton dit vrai
    Méchante femme s'épouse en mai.

    Petite pluie de mai
    Tout le monde est gai.

    Mai frais et venteux
    Fait l'an plantureux.

  • Moi de Juin  ( 10 items )

     

    Origine, histoire, dictons du MOIS DE JUIN
    (D'après « La légende des mois », paru en 1881)

    uin est représenté sous la forme d'un homme nu, montrant du doigt une horloge solaire, pour signifier que le soleil commence à descendre ; il porte une torche ardente, symbole des chaleurs de la saison ; derrière lui est une faucille, parce que le temps de la moisson approche.»
    Le mot juin vient-il de juniores, jeunes gens, ou de Juno, Junonis, Junon ? Quelques auteurs, en adoptant la première étymologie, supposent que dans ce mois on célébrait la fête de la Jeunesse ; ce sont les mêmes auteurs qui font dériver le mot mai du terme latin majores, qui veut dire hommes âgés. Cependant la seconde étymologie paraît assez probable, quand on se souvient que précisément, chez les Romains, le mois de, juin était consacré à la déesse Junon, femme de Jupiter et mère de Vulcain, d'Hébé et de Mars.
    Des extraits d'almanachs pour mieux connaître l'origine des mois et du calendrier, leur naissance et leur histoire chez les différents peuples, les légendes s'y rapportant, les travaux saisonniers liés à la vie quotidienne de nos ancêtres.
    Ceci étant dit pour justifier les étymologistes qui font du mois de juin le mois de la jeunesse, revenons à la déesse Junon. Fille de Saturne et de Rhée, épouse de Jupiter, Junon mit souvent le trouble dans l'Olympe par son caractère jaloux et vindicatif. Ses cruautés sont bien connues : la pauvre nymphe Chélonée, coupable de retard le jour du mariage de Junon, fut métamorphosée en tortue ; la reine des Pygmées, Pigas, coupable d'avoir osé se comparer à l'épouse de Jupiter, fut changée en grue ; les filles de Proctus, qui s'étaient proclamées plus belles que Junon, furent changées en génisses ; la nymphe Callisto fut changée en ourse... Junon, qui avait, comme on le voit, le génie des transformations, persécuta en outre Latone et Apollon, le berger Pâris, la nymphe Écho.
    Junon est représentée « assise sur un trône, un diadème sur la tête, un sceptre d'or à la main. Quelquefois elle traverse les airs sur un char traîné par des paons. » Homère la représente « habitant une chambre que son fils Vulcain lui a construite, et dont les portes sont munies d'une serrure cachée qu'aucune autre divinité qu'elle ne peut ouvrir. Elle a pour parure une robe tissue et brodée par Minerve, une ceinture ornée de mille franges, des boucles d'oreilles garnies de trois pierres qui brillent comme des yeux, un beau voile et de magnifiques chaussures. »
    Du 1er au 21 juin, les jours continuent à augmenter. Du 17 au 25 juin, la durée du jour est sensiblement la même : sol stat, le soleil s'arrête. Nous sommes au solstice d'été. Des fêtes annuelles avaient lieu chez les différents peuples à cette époque de l'année. Aujourd'hui encore, on célèbre par des feux de joie le jour de la Saint-Jean, qui arrive à l'époque du solstice d'été.
    Dans plusieurs villes de France, on fabriquait des mannequins que l'on brûlait au milieu du feu de joie ; cette coutume subsiste encore dans quelques endroits, et vous avez entendu parler sans doute de la promenade annuelle, dans la ville de Douai, de Gayant et de sa famille. Un mannequin, haut de 20 à 30 pieds, couvert d'une armure du Moyen Age, parcourt les rues, la lance au poing. Sa femme haute de 20 pieds et ses trois enfants Jacot, Fillion et Binbin l'accompagnent.
    C'est en juin que se termine le mois républicain de prairial et que commence, le 21, messidor, mois des moissons. En juin, vers la Saint-Jean, commencent la fauchaison et la fenaison, c'est-à-dire les opérations qui consistent à couper le foin, à le faire sécher sur les prairies et à le rassembler en meules, en bottes, pour le rentrer, dans cette partie des bâtiments de l'exploitation qu'on appelle le fenil. Dans ce mois a lieu la tonte des moutons, dont la laine servir& à nous couvrir durant la saison froide; le potager fournit en abondance les pois, les fraises, les artichauts... ; le verger prodigue ses fruits rouges : cerises, groseilles et framboises... la terre récompense avec usure les laborieux efforts de celui qui la cultive.

    roverbes du mois

    La pluie de juin
    Fait belle avoine et maigre foin.

    En juin, juillet et août,
    Ni femme ni choux.

    Un pré est vaurien,
    Quand en juin il donne rien.

    En juin, brume obscure,
    Trois jours seulement durent.

    Eau de Juin,
    Ruine le moulin.

    En juin, brume obscure,
    Trois jours seulement dure.

    Si juin fait la quantité,
    Septembre fait la qualité.

    Qui en juin se porte bien,
    Au temps chaud ne craindra rien.

    S'il pleut à la veille de Saint Pierre (28 juin)
    La vinée est réduite au tiers.


    Saint pierre et Saint Paul (29 juin)pluvieux,
    Pour trente jours dangereux.

    En Juin la pluie qui vient de l'amont,
    Trempe la terre jusqu'au fond.

    Juin bien fleuri,
    Vrai paradis.

    Juin larmoyeux,
    Rend le laboureur joyeux.


    En Juin la pluie est loin,
    Et s'il pleut , chaque goutte est comme un coup de poing.

    Juin froid et pluvieux,
    Tout l'an serra grincheux.

    Le temps qu'il fait en juin le trois
    Sera le temps du mois.

    Qui en juin se porte bien
    Aux temps chauds ne craindra rien.


    Eau de juin
    Ruine le moulin.


    Si le dix juin est serein
    On assure avoir du grain.

    Qui pêche en juin
    Pêche fretin.


    Si juin fait la quantité
    Septembre fait la qualité.


    image: chezcoonie.wordpress.com

  • Mois de Juillet  ( 11 items )

    Histoire du mois de Juillet

    vant Jules César, l'année romaine commençait au 1er mars ; le mois dont nous racontons la légende occupait par conséquent le cinquième rang ; on l'appelait quintilis (cinquième) pour cette raison. L'année même de la mort de Jules César, 44 ans avant Jésus-Christ, Marc-Antoine, voulant honorer la mémoire du conquérant des Gaules, fit remplacer le nom de quintilis par celui de julius (Jules). De julius nous avons fait juillet. Le poète Ausone a personnifié ce mois sous les traits « d'un homme dont les membres sont brunis par le soleil et les cheveux liés de tiges et d'épis ».

    En juillet, les Grecs célébraient une de leurs plus grandes fêtes : les Panathénées, en l'honneur de Minerve. Minerve, déesse de la sagesse, des arts, des sciences, naquit tout armée du cerveau de Jupiter ; les Grecs l'adoraient sous le nom d'Athéné. Ce fut Minerve qui donna son nom à la ville que Cécrops avait fondée dans l'Attique, Athènes, et qui dota ce pays de l'olivier. Un temple magnifique lui avait été élevé dans cette ville : le Parthénon, dont le nom, en grec, signifie vierge. Dans ce temple était une statue en or et en ivoire de la déesse, due au ciseau de Phidias. Juillet nous amène les grandes chaleurs ; le 19 de ce mois finit messidor dans le calendrier républicain et commence thermidor, nom dérivé d'un mot grec qui veut dire chaud, et dont la racine se retrouve dans les mots thermomètre, thermes, etc., qui signifient : mesure de la chaleur, eaux chaudes, etc. C'est en juillet, en effet, que se produisent dans notre hémisphère les températures les plus élevées. Il semblerait que la plus forte température de l'année dût arriver le 21 juin, au solstice d'été. Il n'en est rien ; elle se manifeste un certain nombre de jours après.

    Cicéron prétend que le nom de Minerve a été donné à cette déesse quia minatur, parce qu'elle menace. D'autres auteurs supposent que ce nom est une contraction du mot Meminerva (du latin memini, je me souviens), parce qu'elle était la déesse de la mémoire. Suivant d'autres, ce nom a la même racine que le grec menos, le latin mens, le sanscrit mena, l'anglais mind, qui tous signifient intelligence. Les Etrusques désignaient cette déesse sous le nom de Menrfa.
    Les fêtes de Minerve, les Panathénées, se composaient de petites et de grandes cérémonies. Le nom de ces fêtes, formé de deux mots grecs, pan, tout, et Athéné, Minerve, indique qu'elles étaient célébrées par tous les adorateurs de la déesse. Les petites Panathénées avaient lieu tous les ans, à la fin d'avril et au commencement de mai. Elles duraient plusieurs jours et se composaient de combats d'athlètes, de courses à pied dans lesquelles chaque coureur tenait une torche allumée à la main, de concours de musique, de chant et de danses. Le vainqueur recevait une couronne d'olivier et un vase d'huile.

    En juillet, les jours diminuent de 58 minutes. C'est en juillet que commencent les jours caniculaires, pendant lesquels, disent les proverbes, il faut se méfier des ardeurs du soleil. A cette époque de l'année, la belle étoile qu'on nomme Sirius se lève et se couche en même temps que le soleil ; les croyances populaires attribuaient à la présence de cette étoile les chaleurs plus vives de juillet, et, comme Sirius fait partie de la constellation du Chien, en latin canis, dont le diminutif est canicula (petite chienne), l'époque des températures élevées fut appelée canicule.

    En juillet le soleil entre dans la constellation de l'Écrevisse (Cancer). D'où vient ce nom : l'Écrevisse ? Les anciens disaient à tort, et on le répète parfois encore aujourd'hui, que l'écrevisse « marche à reculons et obliquement ». Le soleil, arrivé le 21 juin au plus haut point de sa course, commence, à partir de cette époque, à redescendre, à rétrograder, à marcher à reculons : de là le nom d'Écrevisse donné à la constellation dans laquelle le soleil entrait il y a deux mille ans, vers le 21 juin.

    En juillet comme en juin, les travailleurs des champs redoutent l'abondance des pluies et manifestent leurs craintes à peu près dans les mêmes termes que pour le mois précédent.

    Quand il pleut à la Saint-Calais,
    Il pleut quarante jours après.

    S'il pleut le jour de Saint-Benoît,
    Il pleuvra trente-sept jours plus trois.

    S'il pleut le jour de Saint-Victor,
    La récolte n'est pas d'or.

    Nous sommes, en effet, en pleine moisson des céréales et la pluie peut contrarier la rentrée des récoltes ; à partir du 15 juillet on coupe les seigles, les orges, les avoines d'hiver et les blés dans le midi de la France... Nous approchons de la moisson.

    Extrait de « La France pittoresque » (http://www.france-pittoresque.com)


    roverbes
    de Juillet

     

     

    Les abeilles en juillet
    Ne valent grain de millet.

    Juillet ensoleillé
    Remplit cave et grenier.

    Entre juillet et aout
    Le boire est de bon goût.

    Qui veut beau navet
    Le sème en juillet.

    En juillet mois d'abondance.
    Le pauvre a toujours sa pitance.

    Qu'on soit fumiste ou dramaturge
    C'est en juillet qu'on se purge.

    En juillet pluie du matin
    Est bonne au grain.

    Juillet sans orage
    Famine au village.

    Si le 1er juillet est pluvieux
    Tout le mois sera douteux.

    S'il fait beau en juillet, bonne récolte;
    S'il pleut, moisson molle.

    Pour avoir beau navet
    Juillet doit trouver le fait.

    Au mois de juillet,
    Bouche noire, gosier sec.

  • Mois d Août  ( 12 items )

    L’histoire du mois d’Août

    vant Auguste, empereur romain, ce mois était nommé Sextilis, parce qu'il avait été autrefois le sixième mois de l'année ; il fut désigné depuis sous le nom d'Augustus par les Romaines, et ce mot, dénaturé, est arrivé jusqu'à nous, réduit successivement, par les contractions, à cette seule syllabe, oût.

    Le plébiscite et le sénatus-consulte qui autorisèrent à Rome le changement de nom, ont été conservés par Macrobe et Dion ; les motifs allégués par ces auteurs se rattachent aux principaux événements de la vie d'Auguste, tels que son premier consulat, ses trois triomphes, la conquête d'Egypte, la fin des guerres civiles, accomplis dans le cours du huitième mois de l'année. Plus tard Néron, par imitation, voulait faire appeler le mois d'avril Neroneus, mais cette tentative n'a pas été sanctionnée par la postérité.

    Les Grecs célébraient pendant ce mois, dans la forêt de Némée, les jeux néméens, institués par Hercule. A Rome, on célébrait, au jour des Ides, la fête des esclaves et des servantes, en mémoire de la naissance de Servius Tullius, fils d'un esclave. Dans le même mois on crucifiait un chien ; il paraît que cet usage se rapportait à la prise du Capitole : c'était un anathème contre le silence des chiens, dont la vigilance fut en défaut ce jour-là.

    Extrait de La france pittoresque : http://www.france-pittoresque.com)

     

    roverbes du mois d’Août

    Temps trop beau en août,
    Annonce hiver en courroux.

    S'il tonne en août,
    Grande prospérité partout,
    Mais des maladies beaucoup.

    Août mûrit les fruits,
    Septembre les cueille.

    Ce que le mois d'août ne mûrira pas,
    Ce n'est pas septembre qui le fera.

    Quand même la couche serait à ton goût
    Ne dors pas sous le soleil d'août.

    La vierge du 15 août
    Arrange ou dérange tout.

    A la mi-août,
    Les noix ont le ventre roux.

    Tels les trois premiers jours d'août,
    Tel le temps de l'automne.

    Quiconque se marie en août,
    Souvent n'amasse rien du tout.

    Il faut cueillir les choux
    L'un des trois premier jours d'août.

    Au mois d'août
    Femmes retirez-vous.

    Août pluvieux
    Celliers vineux.

    image : concours-regions.blog50.com

  • Mois de Septembre  ( 10 items )

    Histoire du mois de Septembre

    e mois conserva toujours, chez les Romains, le nom de September, qui désignait la septième place qu'il occupait d'abord dans le calendrier de Romulus, quoiqu'il devint dans la suite le huitième et le neuvième, et qu'on eût tenté de l'appeler Tiberius en l'honneur de Tibère, Germanicus en l'honneur de Domitien, Antoninus en l'honneur d'Antonin-le-Pieux, Herculeus en l'honneur de Commode, et Tacitus en l'honneur de Tacite.

    Les Egyptiens appelaient ce même mois Paophi, et les Grecs Boedromion. C'est à l'équinoxe d'automne que la Grèce célébrait tous les ans les petits mystères, et tous les cinq ans les grands mystères d'Eleusis. A Rome, le mois de septembre était sous la protection de Vulcain ; le jour des ides, le dictateur ou le premier magistrat attachait au capitole le clou sacré.

    Ausone dit : « Septembre cueille les grappes ; c'est en ce mois que les fruits tombent. Il se plaît à tenir en l'air un lézard attaché par la patte, et qui s'agite avec grâce. »

     

     

    Extrait de « La France pittoresque » : http://www.france-pittoresque.com


    roverbes du mois


    A la bonne Dame de septembre, (le 8: fête de la vierge)
    Tout fruit est bon à prendre.

    Du premier au huit
    L'hirondelle fuit.

    Le temps de la Nativité, (8 septembre)
    Dure tout un mois sans variété.

    Septembre en sa tournure,
    De mars suivant fait la figure.

    Septembre emporte les ponts ou tarit les fontaines.

    En septembre
    Les feignants peuvent s'aller pendre.

    En septembre,
    Le raisin ou la figue pendent.

    Septembre se nomme
    Le mai de l'automne.

    Septembre humide
    Pas de tonneaux vides.

    En septembre si tu es prudent
    Achète grains et vêtements.

    Vins de septembre
    Font les femmes s'étendre.

    Septembre nous produit
    Les plus délectables des fruits.

    Le 7 septembre sème ton blé
    Car ce jour vaut du fumier.

    Extrait de :
    http://pagesperso-orange.fr/proverbes

     

  • Mois d Octobre  ( 11 items )

    Histoire du mois d’octobre

    e mois est ainsi appelé parce qu'il était le huitième mois de l'année dans le calendrier de Romulus ; et quoiqu'il soit devenu le dixième dans celui de Numa, et qu'il le soit encore dans le nôtre, il a conservé ce nom, que les empereurs et le sénat romain ont souvent voulu changer.

    Dans les premiers jours de ce mois, les Egyptiens célébraient une fête qu'ils appelaient la fête du bâton du soleil, supposant, dit-on, que cet astre avait besoin de soutien après l'équinoxe d'automne. C'est aussi dans ce mois que se célébraient à Athènes les Thesmophories, en l'honneur de Cérès.

    Sept batailles mémorables ont eu lieu dans le cours d'octobre. La première est celle de Salamine, qui délivra la Grèce et sauva la civilisation ; la deuxième et la troisième sont celles d'Issus et d'Arbelles, qui assurèrent à Alexandre la conquête de l'Asie ; la quatrième est celles de Philippes, où périrent en quelque sorte les derniers des Romains, et avec eux la république romaine ; la cinquième est celle que livra Constantin sur les bords du Tibre et presque aux portes de Rome : cette victoire le rendit seul maître de l'empire romain, et l'on sait l'influence qu'elle opéra en faveur de la propagation du christianisme ; la sixième est la bataille de Lépante, qui délivra l'Europe des Turcs ; enfin la septième est la bataille d'Iéna, gagnée par l'empereur Napoléon sur le roi de Prusse et le duc de Brunswick.

     

     

    http://www.france-pittoresque.com)


    roverbes du mois

    Octobre en bruine
    Hiver en ruine.

    Quand d'octobre vient la fin
    Toussaint est au matin.

    Quand octobre prend sa fin,
    Dans la cuve est le raisin.

    Octobre glacé
    Fait vermine trépasser.

    Brouillards d'octobre et pluvieux novembre
    Font bon décembre.


    Extrait de : http://pagesperso-orange.fr/proverbes

  • Mois de Novembre  ( 11 items )

    Histoire du mois


    e mois a reçu son nom de la place qu'il occupait dans l'année de Romulus, il était le neuvième ; il n'est plus que le onzième, depuis l'époque de la réforme du calendrier romain par Numa. Les Egyptiens, au mois d'Athyr, qui répond au mois de novembre, célébraient pendant quatre jours, après le 17 de ce mois, une fête lugubre en l'honneur du deuil de la déesse Isis, affligée de la perte d'Osiris son frère, que son mari Typhon avait tué. Cette fête s'appelait la recherche d'Osiris.

    Les Romains célébraient, le 5 du mois, les Neptunales en l'honneur de Neptune. En ce jour, on faisait aussi le festin de Jupiter, et on appelait cette fête Lectisternium, parce qu'on dressait des lits dans les temple des Dieux pour y faire des festins.

    Le 15 novembre, on représentait les Jeux plébéïens dans le Cirque, pendant trois jours. Depuis le 21 jusqu'au 24, on célébrait les Brumales, ou les fêtes des jours d'hiver. Le 27 on faisait des sacrifices mortuaires aux mânes des Gaulois et des Grecs que l'on avait enterrés vifs, à Rome, dans le Marché aux Boeufs.

    Extrait de :http://www.france-pittoresque.com)

    roverbes du mois

    Quand en novembre il a tonné
    L'hiver est avorté.

    En novembre fou engendre
    En août gît sa femme.

    Le mois de novembre est malsain
    Il fait tousser dès la Toussaint.

    A la saint Séverin,(27 novembre)
    La neige est en chemin.

    Extrait de : http://pagesperso-orange.fr/proverbes

     

     

  • Mois de Décembre  ( 12 items )

    Histoire du mois

    vant Auguste, empereur romain, ce mois était nommé Sextilis, parce qu'il avait été autrefois le sixième mois de l'année ; il fut désigné depuis sous le nom d'Augustus par les Romaines, et ce mot, dénaturé, est arrivé jusqu'à nous, réduit successivement, par les contractions, à cette seule syllabe, oût.

    Le plébiscite et le sénatus-consulte qui autorisèrent à Rome le changement de nom, ont été conservés par Macrobe et Dion ; les motifs allégués par ces auteurs se rattachent aux principaux événements de la vie d'Auguste, tels que son premier consulat, ses trois triomphes, la conquête d'Egypte, la fin des guerres civiles, accomplis dans le cours du huitième mois de l'année. Plus tard Néron, par imitation, voulait faire appeler le mois d'avril Neroneus, mais cette tentative n'a pas été sanctionnée par la postérité.

    Ce mois est appelé de ce nom, parce qu'il était le dixième après celui de Mars, qui était le premier de l'année de Romulus. Comme on avait donné au mois de juillet, appelé auparavant Sextilis, le nom de Jules César, et au mois d'août celui d'Auguste, l'empereur Commode voulut donner celui d'Amazone au mois de décembre, en l'honneur d'une dame romaine dont il portait dans un anneau le portrait où elle était peinte en amazone. Mais le nom de Décembre fut repris plus tard, et resta, quoiqu'il fût le douzième mois de l'année.

    C'est en décembre que les Romains célébraient les fêtes en l'honneur de Saturne, si connues sous le nom de Saturnales. Elles furent établies à Rome, l'an 257 de sa fondation. D'abord la fête ne durait qu'un jour ; Auguste ordonna qu'elle se célébrerait pendant trois jours, depuis le 17 jusqu'au 19 ; Caligula ajouta un quatrième jour, qu'il appela Juvenalis, ou fête des jeunes gens. Pendant la durée de ces fêtes, les tribunaux étaient fermés, les écoles vaquaient, il n'était permis d'entreprendre aucune guerre, ni d'exécuter un criminel, ni d'exercer d'autre art que celui de la cuisine ; toute licence était donnée aux esclaves.

    Immédiatement après les saturnales, on célébrait la fête des Sigillaires, ainsi appelée parce que sa célébration consistait surtout dans l'envoi que se faisaient les Romains de présents, tels que cachets, anneaux, et autres petits objets de sculpture.

    Extrait de « La France pittoresque » (http://www.france-pittoresque.com)


    roverbes du mois


    Décembre prend,
    Il ne rend.

    Décembre aux pieds blancs s'en vient
    An de neige est an de bien.

    Décembre de froid trop chiche,
    Ne fait pas le paysan riche.

    En décembre froid,
    Si la neige abonde,
    En une année féconde,
    Le laboureur a foi.

    Quand l'eau sort
    au mois mort
    Toute l'année elle sort.

    En décembre fais du bois
    Et endors toi.

    Quand en hiver est été,
    Mais en été l'hivernée,
    Cette contrariété
    Ne fit jamais bonne année.

    Quand secs sont les Avents
    Abondant l'an sera.

    Il faut les Avents froids et secs
    Si l'on veut boire sec.

    La neige des Avents
    A de longues dents.

    Il fait bon semer dans les Avents
    Mais il ne faut pas le dire aux enfants.

    Année gelée,
    Année de blé.

    Extrait de : http://pagesperso-orange.fr/proverbes

     

 
Pour consentir à vivre, il faut rêver sa vie
réalisation Tanisweb