arrowNouveautés arrow Mon métier arrow Psychologie appliquée arrow Prisons et santé mentale

Alain Vanet
Nouveautés
Romans
Nouvelles
Poésie
Essais
Symbolisme
Mon métier
Travaux divers
Photos
J ai lu, vu, entendu
Citations
Bibliographie
Me contacter
- - - - - - -
Le Domaine perdu
petites heures
Envoi
La Lettre

 
Prisons et santé mentale Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Un détenu de la maison d'arrêt de Dijon (Côte-d'Or) a été attaché à son lit pendant trois semaines au centre hospitalier spécialisé (CHS) de la ville, où il était hospitalisé d'office pour prévenir un acte suicidaire, rapporte l'Observatoire international des prisons. En l'absence de chambre sécurisée disponible dans le service, le détenu a été maintenu, le bassin, les deux pieds et l'une des mains sanglés, du 27 juin au 17 juillet. Entre le 5 et le 14 juillet, il a reçu des injections destinées à prévenir tout risque de phlébite résultant de sa contention. Interpellée par le personnel médical sur le manque de moyens, tant humains que matériels du service, la direction du CHS a affecté au prisonnier une aide-soignante, pour lui permettre de se lever et de sortir de sa chambre entre le 11 et le 17 juillet. A l'OIP qui s'inquiétait de la situation, on a répondu « que la prescription de contention a été ordonnée pour la sécurité du patient et son intégrité physique et  psychique ».

 

 

charger le texte

 
< Précédent   Suivant >
 
Pour consentir à vivre, il faut rêver sa vie
réalisation Tanisweb