arrowNouveautés arrow Romans

Alain Vanet
Nouveautés
Romans
Nouvelles
Poésie
Essais
Symbolisme
Mon métier
Travaux divers
Photos
J ai lu, vu, entendu
Citations
Bibliographie
Me contacter
- - - - - - -
Le Domaine perdu
petites heures
Envoi
La Lettre

 
Romans

 

"La route de Forges" est un roman tiré des nouvelles "Histoire de Ca", remises en forme pour constituer une histoire continue. Certaines nouvelles ont été exclues, et des textes de liaison ont été introduits. Ces liaisons, en fait, donnent d'autres explications, développent des évênements, le tout réalisant une autre narration totalement différente de l'ensemble constitué par les nouvelles.

Le second, "Demain n'aura pas lieu" est souché sur le thème du mythe de Sisyphe. Camus termine son essai sur la phrase:"Il faut imaginer Sisyphe heureux". J'ai donc tenté de continuer l'histoire, de la développer en la situant de nos jours. Entendons nous bien; je ne me compare pas à Camus et loin de moi l'idée de vouloir développer sa pensée !!! Mais ça me semblait amusant de tenter de voir ce que pouvait donner l'idée d'un Sisyphe "heureux" le long des années 2000...

"Georges", reprend le mythe de Faust, également situé de nos jours. C'est la vie d'un homme qui était heureux mais, en plus souhaite "tout réussir". Il va faire une rencontre qui décide de sa vie et de son avenir, mais à quel prix? Après tout, pourquoi prétendre que ces mythes ont sombré non seulement dans l'oubli, mais également dans la "non pertinence"? Est-ce totalement du Rêve, de la fantasmagorie ou de l'illusion? N'y aurait-il pas une part de réalité dans nos Vies?

"La Fête étrange", titre emprunté à un chapitre du Grand Meaulnes, reprend l'étrangeté d'une vie prise entre l'amour et la folie. On y parcourt les jours d'un homme qui, grâce à l'mour, peut peut-ête échapper à son destin. Cela sera-t-il le cas?

Cliquez sur le titre du roman pour accéder au premier chapitre de celui-ci.

 

  • La route de Forges

    Dans ce roman j'ai repris beaucoup de nouvelles publiées dans ce site par ailleurs. Mais il ne faut pas croire que ce sont des redites. Ceux qui on lu ces nouvelles trouveront dans ce roman une autre histoire, bien plus développée, bien plus complète... et qui bien entendu n'a aucun rapport avec une quelconque vérité !

  • Demain n aura pas lieu

    Evidemment le titre peut vous paraître un peu triste, ou décourageant! Et si ça fait un tantinet "guerre de Troie", ça n'est pas sans raison. Mais, rassurez vous, je ne suis pas non plus Cioran, ni la plume, ni le cerveau... "De l'inconvénient d'être né", très peu pour moi... Et loin de moi l'idée de me comparer à Albert Camus, c'est évident! Mais il est tentant d'essayer de relever le défit un demi siècle plus tard. Avec les moyens qui sont les miens, c'est à dire pauvres...

     

  • Georges

    Un ami plus âgé lui avait, un jour, dit que « Le bonheur, ça se construit, comme la liberté… si tu ne te poses pas trop de questions, tu seras heureux et libre sans trop de problèmes… »
    Mais, justement, l’existence de Georges était faite de questions : la décision de ce soir,accoudé à un bar, serait-elle de choisir entre le bonheur sans héroïsme et la liberté avec son corollaire, l’aliénation?

  • La Fête étrange

    Voici un roman que j'ai écrit en 2003, c'est à dire il y a exactement 10 ans. J'avais déjà à cette époque compris que je ne serais probablement jamais publié et que j'avais commencé, comme on dit, à en prendre mon parti. L'expérience que j'avais faite, envoyer de nombreuses lettres à un grand nombre d'éditeurs, lettres revenues avec les phrases habituelles (malgré l'intérêt évident de votre texte, il ne correspond pas à notre ligne éditoriale…), cette expérience donc est utile pour se construire même lorsqu'on a déjà atteint un certain âge. Elle remet la personne face à elle-même, face à ses insuffisances, face à ses désirs inassouvis, elle sculpte le moi d'une façon beaucoup plus réaliste, en un mot elle remet un certain nombre de choses en place. C'est utile pour vivre.

    Le titre fait évidemment référence au titre de l’un des chapitres du Grand Meaulnes d’Alain Fournier. Mais, comme pour lui je crois, la vie me semble être une véritable fête étrange. Et cette étrangeté n’est pas la moindre des qualités de notre existence. Evidemment, elle nous apporte bien des déboires, biens des raisons de ne pas la vivre, mais aussi, et surtout, des instants de merveilleux absolu, des moments où « les parfums, les couleurs et les sons se répondent »… Et ce sont, pour certains êtres, ces expériences fugaces qui donnent un sens à la vie et qui permettent de la rêver, donc d’accepter de la fréquenter…
    Dans ce texte on trouvera un certain nombre d'expériences personnelles, tirées de mon activité de psychothérapeute, de la lecture d'un certain nombre d'ouvrages et surtout de la vie d'Althusser et de sa maladie.
    Voici le plan d'ouvrage qui paraîtra progressivement sur ce site.
    Prologue
    Lettres à un autre (ou L’être à un autre)
    Hiver 2003
    Début printemps 2004
    Fin du Printemps et début de l’Eté 2004
    Eté 2004
    Fin de l’Eté 2004
    Automne 2004
    Hiver 2004
    Fin hiver 2004
    Printemps 2005

     

 
Pour consentir à vivre, il faut rêver sa vie
réalisation Tanisweb