arrowNouveautés arrow Travaux divers arrow Sociologie arrow Travail et Stress

Alain Vanet
Nouveautés
Romans
Nouvelles
Poésie
Essais
Symbolisme
Mon métier
Travaux divers
Photos
J ai lu, vu, entendu
Citations
Bibliographie
Me contacter
- - - - - - -
Le Domaine perdu
petites heures
Envoi
La Lettre

 
Travail et Stress Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Le travail c'est la santé...sauf quand il y a du stress !

Il a été montré que le stress au travail majore le risque de développer une cardiopathie ischémique (CI). Cependant les mécanismes reliant les deux pathologies restent obscurs. Pour y voir plus clair, il fallait une étude. Celle-ci, Whitehall II, a inclus 10 308 Londoniens entre 1985 et 1988. Ils ont bénéficié de plusieurs visites de suivi au cours desquelles ont été estimés le stress au travail des participants (visites 1 et 2), les facteurs de risque (FdR) incluant le syndrome métabolique (visite 3), la variabilité sinusale, et le pic matinal de cortisol (visite 7). Par ailleurs, les complications (apparition d'une CI, décès dus à celle-ci, infarctus non mortels et angor) ont été recherchées à toutes les visites de la deuxième (1989-1990) à la septième (2002-2004). Cette étude se prêtait donc particulièrement à l'étude des 3 questions suivantes : le stress majore-t-il le risque de présenter une CI ou un FdR? Cette association est-elle plus importante dans la population en âge de travailler? Enfin, le stress agit-il directement par le biais de facteurs neuro-endocrines ou en favorisant l'apparition de FdR cardiovasculaire ?

Il a été retrouvé une association entre stress chronique au travail et risque de survenue d'une CI, risque d'autant plus marqué que les patients avaient moins de 50 ans (risque relatif 1,68, intervalle de confiance [1,17 ; 1,42]). Une association similaire a été notée, toujours entre le stress au travail et une activité physique limitée, un régime alimentaire défavorable, le syndrome métabolique, ses composants et une variabilité sinusale amoindrie. Par ailleurs, le stress au travail était associé à un pic matinal de cortisol plus élevé. Près du tiers de l'impact du stress sur le risque de CI a pu être attribué à ses effets sur le mode de vie et le syndrome métabolique.

Le stress au travail semble donc être un facteur de risque important de développer une cardiopathie ischémique, spécialement chez les moins de 50 ans, pour partie par ses effets indirects (majoration des FdR), et pour partie pour ses effets directs sur le système neuro-endocrinien.

Chandola T et coll. : Work stress and coronary heart disease : what are the mechanisms? Eur Heart J., 2008 ; publication avancée en ligne le 23 juin. doi:10.1093/eurheartj/ehm584

 

 
< Précédent   Suivant >
 
Pour consentir à vivre, il faut rêver sa vie
réalisation Tanisweb