arrowNouveautés arrow Nouvelles arrow Un autre dromadaire

Alain Vanet
Nouveautés
Romans
Nouvelles
Poésie
Essais
Symbolisme
Mon métier
Travaux divers
Photos
J ai lu, vu, entendu
Citations
Bibliographie
Me contacter
- - - - - - -
Le Domaine perdu
petites heures
Envoi
La Lettre

 
Un autre dromadaire Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Je n'allais pas me priver de vous trouver un autre dormadaire, celui-ci beau coup plusmystérieux car il procède d'une auteur français beaucoup moins connu et pourtant faisaont partie de notre patrimoine culturel, oh! combien.

Un jour au Caire
un dromadaire
entra chez un libraire
et prit une grammaire.
C'est pas vrai, ça fait rien,
ça sera vrai demain
Ce dromadaire
savait tout faire,
multiplier, soustraire,
et même le contraire.
C'est pas vrai, ça fait rien,
ça sera vrai demain.
Il savait braire,
ou bien se taire,
et versait un salaire
à son vétérinaire.
C'est pas vrai, ça fait rien,
ça sera vrai demain.
Pour se distraire
Monsieur le Maire
en fit son secrétaire
dans toutes ses affaires.
C'est pas vrai, ça fait rien,
ça sera vrai demain.
Ce dromadaire
est légendaire
chez tous les antiquaires
de la ville du Caire
C'est pas vrai, ça fait rien
ça sera vrai demain
ou à la Saint Glin-Glin.

de Paul Savatier

 

Mais qui était Paul Savatier?

Il existe peu de biographies le concrernant et je vous livre ce que j'ai (enfin!) pu trouver sur Wikipedia.

Paul Savatier a le goût de dire. Romancier (11 romans et recueils de nouvelles chez Gallimard et Robert Laffont) et scénariste, il est aussi comédien. Issu d’une famille nombreuse, il a plus de 50 petits-neveux, et de ce fait, a toujours été entouré d’enfants pour qui il aime inventer des histoires.

Paul Sabatier, né à Carcassonne le 5 novembre 1854 et mort à Toulouse le 14 août 1941, est un chimiste français. Il reçut le prix Nobel de chimie en 1912 avec Victor Grignard pour « la méthode d'hydrogénation de composés organiques en présence de métaux finement divisés ». Son ouvrage le plus important fut La Catalyse en Chimie Organique, publié en 1913.

Il commença ses études au lycée Pierre-de-Fermat de Toulouse. Il fut reçu à 18 ans à l'École polytechnique et à l'École normale supérieure et choisit cette dernière. Il fut admis en 1877 à l'agrégation. Étudiant et assistant de Marcellin Berthelot au Collège de France, il soutint sa thèse en 1880. Il fut nommé professeur titulaire de la chaire de chimie générale à l'université de Toulouse.

Pour pouvoir en faire un de ses membres, l'Académie des sciences dut modifier ses statuts, car il ne voulait pas quitter Toulouse. Commandeur de la légion d'honneur, il était Doctor of Science, honoris causa de l'Université de Philadelphie. Il était également membre honoraire de plusieurs sociétés et confréries universitaires à travers le monde (Londres, Madrid, etc.).

Outre le prix Nobel, il reçut le prix Lacate en 1897, le prix Jecker en 1905, la Davy Medal en 1915, la Royal Medal en 1918 et la Médaille Franklin en 1933. Il fut élu mainteneur de l'Académie des Jeux floraux en 1909 et membre étranger de la Royal Society le 28 février 1918.

Un lycée de Carcassonne et l'Université Paul-Sabatier à Toulouse portent son nom. Paul Sabatier a été membre fondateur, aux côtés de Thomas Joannes Stieltjes en particulier, des prestigieuses Annales de la Faculté des Sciences de Toulouse.

Voici un autre de ses très connus écris:

Je suis idiote
Dit la linotte
J'ai oublié mes bottes,
ma redingote et ma culotte.
J'ai froid à mes menottes
et je grelotte.
J'ai la tremblote
en sautant sur les mottes.
Mais je ne suis pas sotte,
Je chante sur six notes
Et sur ma tête de linotte,
Je porte une calotte
Couleur de la carotte

 
< Précédent   Suivant >
 
Pour consentir à vivre, il faut rêver sa vie
réalisation Tanisweb